30 avr. 2007

Transmit va bientôt gérer Amazon S3 : “We just threw the file up on Amazon S3 (possibly using a certain development build of a certain file transfer client).” Ca ne vaut pas un filesystem à monter directement, mais c’est déjà énorme.

 

Tim O’Reilly: We’d Love To Hear Your S3 Stories…And Numbers. Wow. Je ne savais même pas qu’il y avait un Amazon EC2. Excitant.

 

28 avr.

My iMac just turned itself off without warning.

 

Upload Using Transmit

Tant que j’en suis à donner des conseils d’organisation pour webmasters, il est temps que j’explique le plus important de tous : éditer une copie locale de mon site web dans TextWrangler, et l’uploader sur le serveur en appuyant sur un simple raccourci-clavier.

J’y ai déjà fait allusion plusieurs fois, mais j’attendais d’avoir un caméscope ou une webcam décente pour faire un screencast plus vidéo et montrer à quel point c’est pratique ; je viens de réaliser que je pouvais aussi bien vous le décrire maintenant, et faire la vidéo le jour où je la ferai.

Voilà comment ça se passe, donc : j’ouvre un fichier, disons dans ~/WWW/ff00aa, je le modifie, j’appuie sur Cmd-& (that’s Cmd-1 on an azerty keyboard) ; et hop, le fichier est sauvegardé et uploadé, je n’ai plus qu’à passer dans Safari et recharger la page.

 

Première étape : le raccourci-clavier. Ouvrez TextWrangler, allez dans le menu Scripts (la petite icône de parchemin) et choisissez “Open Scripts Folder.” C’est là que vous devez placer le script “Upload Using Transmit” — vous pouvez le télécharger et le dézipper là (n’hésitez pas à le renommer en français), ou le créer vous-même avec ce contenu :

set fileName to ""

 

tell application "TextWrangler"

    save document 1 of window 1

    set fileName to (file of document 1 of window 1)

end tell

 

ignoring application responses

    tell application "Transmit"

        open fileName

    end tell

end ignoring

Maintenant, allez dans Window / Palettes / Scripts et utilisez cette palette pour définir le raccourci-clavier du script. Choisissez quelque chose de simple, vous allez vous en servir souvent.

(Si vous utilisez BBEdit, ça marche exactement pareil mais vous devez modifier le script pour qu’il dise “BBEdit” au lieu de “TextWrangler.” Si vous utilisez TextMate, ouvrez le Bundle Editor et utilisez ce screenshot en référence — la commande est open -a Transmit $TM FILEPATH.)

 

Et maintenant, la partie qui est vraiment cool (j’ai l’impression d’avoir déjà décrit ça, mais je ne retrouve rien dans les archives, bizarre) : comment Transmit va-t-il savoir où uploader le fichier que vous venez de modifier ? C’est terriblement simple.

Voici à quoi ressemble la définition de mon “favori” #FF00AA dans Transmit (il n’y a pas de mot de passe parce que j’utilise FTP via ssh avec une clé sans mot de passe — je me suis décidé à revoir la sécurité quand j’ai ouvert un point d’accès wifi pour mon MacBook — mais ce n’est pas la question) :

C’est l’option “Use DockSend” qui fait tout le boulot, mettant en relation le “Local Path” (l’emplacement de la copie locale du site sur votre ordinateur) et le “Remote Path” (le chemin sur le serveur). Maintenant, il suffit de glisser-déposer un fichier local sur l’icône de Transmit dans le dock (ou dans le dossier Applications — ou en lançant Transmit sur un fichier comme on le fait dans l’AppleScript ci-dessus) pour qu’il cherche dans les favoris un chemin local correspondant à votre fichier.

Par exemple, si j’envoie le fichier ~/WWW/ff00aa/WWW/_php/_.php à Transmit (en appuyant sur Cmd-& dans TextWrangler après l’avoir édité), Transmit va chercher dans les favoris et trouver #FF00AA, dont le chemin local est ~/WWW/ff00aa/WWW et le chemin distant /home/ff00aa/www ; il va donc uploader le fichier automatiquement à sa place, /home/ff00aa/www/_php/_.php. Le tout en appuyant sur un simple raccourci-clavier — et ça marche aussi pour glisser-déposer des dossiers et fichiers (par exemple, les images que vous venez d’exporter depuis Photoshop) sur l’icône de Transmit.

Si vous avez installé Growl, et peut-être activé le son de confirmation dans Transmit, vous n’aurez même pas besoin d’afficher la fenêtre d’avancement du transfert pour savoir quand il est fini.

 

Et voilà pourquoi j’aime le Mac. (Pour être honnête, je travaillais déjà de la même façon sous Windows. Sauf que j’avais dû programmer mon propre mini-client FTP pour ça. Vous pouvez l’essayer, il marche — mais pour le configurer il faut éditer deux fichiers XML, et la librairie FTP que j’ai utilisé affiche de temps en temps des messages d’erreur.)

 

27 avr.

Bill Crow, Program Manager du format HD Photo de Microsoft, est dans This Week In Media #51, et il a presque réussi à me convaincre que HD Photo est un format intéressant, et une création désintéressée qui bénéficiera à tout le monde.

A écouter si vous pouvez gérer un podcast de deux heures pour geeks anglophones.

 

25 avr.

Open Htaccess Here

Le seul vrai inconvénient d’OS X pour développer des sites web, c’est qu’il est basé sur Unix et cache donc les mêmes fichiers que votre serveur web. Si vous travaillez sur des copies locales de vos sites web (et vous devriez, comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois), vous avez un problème : vous devez créer et modifier des fichiers .htaccess, mais le Finder les cache.

Il y a plusieurs solutions, mais aucune n’est satisfaisante. Vous pourriez configurer votre serveur Apache pour chercher des htaccess.txt au lieu de .htaccess — mais ça implique d’avoir le contrôle total sur votre serveur, et aussi de modifier tous les sites existants. Vous pourriez configurer les options secrètes du Finder pour afficher les fichiers cachés — mais ensuite ce serait le bordel sur tout votre système, à commencer par le bureau. Vous pourriez utiliser Path Finder au lieu du Finder pour gérer votre arborescence de développement, comme je l’ai fait pendant un moment — mais Path Finder est une daube. Vous pourriez utiliser votre client FTP pour naviguer dans votre arborescence et afficher les fichiers cachés — mais, malgré ses défauts, le Finder a des fonctionnalités très intéressantes et ce serait dommage de se limiter à un client FTP. Idéalement, on pourrait demander à Transmit de renommer automatiquement les fichiers locaux htaccess.txt en .htaccess lors de l’upload, mais ils n’ont pas encore pensé à cette option.

Alors que je me demandais si Panic avait pensé à gérer ce problème dans Coda (avant de réaliser que Coda a son propre gestionnaire de fichiers, donc la question ne se pose pas), j’ai eu l’illumination : il doit y avoir une solution en AppleScript ou Automator ! Et voici aujourd’hui, après une bonne nuit de sommeil, un miracle d’Automator : Open Htaccess Here.workflow.

 

Comment l’utiliser : téléchargez-le, ouvrez-le, et utilisez la fonction “Save As Plug-in” d’Automator pour créer une option de menu contextuel pour le Finder. Vous pouvez maintenant droit-cliquer sur n’importe quel fichier ou dossier, choisir l’option que vous venez de créer dans le sous-menu Automator, et TextEdit ouvrira u fichier .htaccess dans le dossier sélectionné (si vous avez un éditeur favori, cherchez “TextEdit” vers la fin de l’action AppleScript et remplacez-le). S’il n’y a pas de fichier .htaccess existant, il sera créé.

 

Si vous voulez en savoir plus, voilà le workflow (oui, c’est tout simple… une fois qu’on s’est dépatouillé de toutes les complications pour travailler avec le Finder en AppleScript) :

Et l’AppleScript (je ne poste pas souvent de code, donc je n’ai pas de règles CSS appropriées, désolé) :

on run {input, parameters}

 

    if input is {} then tell application "Finder" to set input to the target of Finder window 1 as alias

    set input to input as alias

    set thePath to POSIX path of input

 

    —http://bbs.applescript.net/viewtopic.php?pid=69731

    set {folder:isFolder} to (info for input)

    if not (isFolder) then

        —http://www.fischer-bayern.de/applescript/html/parent_f.html

        set AppleScript’s text item delimiters to "/"

        set itemCount to (count text items of thePath)

        set lastItem to the last text item of thePath

        if lastItem = "" then

            set itemCount to itemCount - 2

        else

            set itemCount to itemCount - 1

        end if

        set thePath to text 1 thru text item itemCount of thePath & "/"

    end if

 

    set thePath to thePath & ".htaccess"

    do shell script "touch \"" & thePath & "\""

    do shell script "open -a TextEdit \"" & thePath & "\""

 

    return thePath

 

end run

 

Handling files with AppleScript is such a headache.

 

Does Coda have a way to handle those goddamn .htaccess files?

 

23 avr.

Coda 1.0

Je n’ai pas testé la démo, parce que je n’aime pas installer des démos de programmes que je suis susceptible d’aimer et que je ne pourrai pas acheter tout de suite, donc je ne sais pas comment il gère les fichiers ISO-8859-1 (l’éditeur est basé sur SubEthaEdit, qui semble savoir faire — je n’ai jamais aimé SubEthaEdit, mais si Panic l’a choisi c’est sûrement que le moteur en vaut la peine), mais il y a une bonne raison que Coda ne me convienne pas :

Qu’est-ce que Coda ? Voici la meilleure façon de le résumer : tout le développement web en une fenêtre.

C’est exactement ce que je ne veux pas.

Premièrement, je fais un usage intensif du Finder spatial. Ca a été l’une des fonctionnalités les plus importantes du Mac dès sa création, et les utilisateurs d’OS X ont réclamé à raison sa réintroduction. Tous mes dossiers de développement web sont des fenêtres séparées affichées en mode arborescence ; les sous-dossiers les plus conséquents s’ouvrent dans des fenêtres séparées, et les dossiers contenant des images utilisent bien entendu des vignettes.

Pourquoi est-ce que je voudrais revenir à une liste unique ? Sans vignettes et sans labels, pour autant que je sache ?

Deuxièmement, j’aime beaucoup Exposé. Je ne comprends pas l’obsession des gens pour les tabs, ce n’est pas ce qui fonctionne le mieux sur Mac. D’accord, ça marche dans Safari (surtout avec la possibilité d’ouvrir des groupes de bookmarks dans des tabs) ou NetNewsWire (où j’ai souvent trente pages ouvertes que j’attends d’avoir le temps de lire), mais je ne vois pas l’intérêt de les généraliser à toutes les applications. Je n’utilise pas les tabs dans Adium ; je les utilise dans iTerm, mais uniquement parce que sa fonctionnalité de bookmarks est pratique et que je n’ai pas vu de façon simple de désactiver les tabs.

Toute l’interface du Mac repose sur les fenêtres séparées ; pourquoi voulez-vous vous restreindre à des tabs et des vues splittées alors que vous pourriez organiser vos fenêtres librement et les avoir toutes à l’écran d’un coup avec Exposé ? Souvenez-vous quand vous vous moquiez des fenêtres MDI (Multiple Document Interface) de Windows, avant que quelqu’un invente les tabs pour pallier les défauts de ce système-là.

 

Je ne retrouve plus la citation de Cabel ou Stevenf (oui, je sais, il ne s’appelle pas à proprement parler Stevenf) dit que Coda est destiné aux développeurs web qui utilisent un éditeur de textes plus Transmit.

Mais c’est tout l’intérêt, justement. Entre AppleScript et les racines BSD, OS X a le gros avantage sur Windows de pouvoir implémenter la philosophie Unix : vous pouvez être le plus efficace en vous concevant votre propre workflow à partir d’outils séparés et spécialisés.

Je n’ai qu’à appuyer sur un raccourci-clavier dans TextWrangler pour que Transmit uploade en arrière-plan le fichier que je viens de modifier. Ensuite, j’utilise Exposé pour trouver Safari et appuyer sur Cmd-R. C’est peut-être un ou deux clics de plus que dans Coda (et encore, pas sûr), mais ça ne vaut pas le coup de me retrouver enchaîné à une fenêtre unique.

En plus, si je le voulais, je pourrais modifier mon AppleScript pour qu’il passe automatiquement sur Safari et recharge la fenêtre active une fois que l’upload est terminé.

Je pourrais avoir deux raccourcis distincts — un pour uploader seulement, l’autre pour uploader et recharger la page web quand la file d’attente Transmit est vide.

Hmm, il faudra que j’y pense.

Et voilà toute la puissance d’OS X. (Et, oui, c’est en grande partie grâce à Transmit, du même Panic.)

 

20 avr.

A propos des feeds partiels

Scoble :

Sur, disons, 1 000 personnes sur internet, seul un petit pourcentage lisent beaucoup de feeds RSS. Disons 10%. Cela signifie que seulement 100 personnes sur 1 000 lisent les feeds et que seulement une fraction de ces 100 personnes vont se donner la peine de lire des feeds ne reprenant pas l’intégralité des articles.

Ce que les blogueurs aux feeds partiels oublient, c’est que les 900 autres personnes vont les découvrir grâce à un influenceur. Quelqu’un qui leur parlera du site. Donc vous aurez beaucoup plus de mal à construire votre audience si vous ne proposez que des feeds partiels. Beaucoup de mes amis journalistes ou blogueurs se désabonnent des feeds partiels.

C’est un excellent argument : avec des feeds reprenant l’intégralité du contenu de vos articles, vous perdez une portion minime de vos revenus publicitaires (d’autant plus minime si on considère que les utilisateurs d’agrégateurs RSS ne sont pas des gens qui cliquent sur les pubs) ; avec des feeds partiels, vous risquez de perdre la catégorie la plus importante des lecteurs de blogs.

 

Google Talk Offline

Tiens, je l’avais ratée, cette news, pourquoi personne ne m’a prévenu ? On peut envoyer des messages sur Google Talk à des contacts offline depuis novembre dernier (ça ne fonctionne que si l’enregistrement des historiques est activé dans votre compte Gmail, mais je crois que c’est le cas par défaut).

Est-ce que tout le monde voudrait bien me faire le plaisir d’abandonner tous ces autres IM pourris et passer à Gmail immédiatement ?

 

13 avr.

Des captures d’écran de Leopard 9A410 [màj]

A propos de Leopard, MacRumors linke une série de nouvelles captures d’écran, qui auront probablement disparu d’ici que vous lisiez ce post : en résumé, ça ressemble complètement à “Uno shade,” mais avec des coins ca… hum, des coins ca… non, je ne peux pas. Vous savez, les coins des fenêtres, en haut ? Ben ils ne sont (presque)pas arrondis.

Une fois passé le choc initial, et en supposant que les captures soient authentiques (ce que j’ai tendance à croire), ça implique deux choses : d’abord, que le brushed metal est clairement, définitivement, irrémédiablement mort (pas trop tôt) ; ensuite, qu’ils sont encore en train de travailler intensivement sur le nouveau thème Aqua — parce qu’il est impensable que ça reste comme ça. Inimaginable. Vous m’entendez, Apple ? Je ne sais pas pourquoi un de vos programmeurs a perdu du temps à coder ce look, mais Leopard ne ressemblera pas à ça en octobre.

 

Pour ceux que ça intéresse, on dirait aussi que Leopard génère enfin automatiquement les icônes-vignettes des documents et images.

 

[+8h] Une autre série de screenshots [via] a été postée après coup, et il n’y a pas de coins carrés dessus — apparemment, quand on capture une fenêtre avec Shift-4, ça désarrondit les coins (allez comprendre).

On dirait bien que toutes les fenêtres ont désormais le même style (pour autant que ça dure) : UNO shade quand elles sont actives, et unified normal (voire, plus pâle que ça) quand elles sont en arrière-plan. Si ça reste comme ça (et j’espère bien que oui), ça va demander un temps d’ajustement, mais c’est une énorme amélioration sur les deux principaux défauts de l’évolution d’Aqua : la difficulté de voir quelle est la fenêtre active (la distinction est devenue de plus en plus vague depuis qu’ils ont enlevé la transparence de 10.0), et le manque d’homogénéité injustifiable des différentes applications.

Les “capsules” de Mail ont l’air ridicules sur fond sombre, mais je pense qu’ils le savent et qu’ils vont les changer. D’autant plus si la mode actuelle chez Apple est à avoir à nouveau le même look sur toutes les applications — est-ce qu’il se pourrait qu’ils soient sur la bonne voie ? (Est-ce que c’est parce que Steve est occupé ailleurs ?)

 

Tumblr

Lifehacker propose un mini-guide intéressant sur Tumblr, l’équivalent de Blogger pour les tumblelogs que je connais depuis quelque temps — il a inspiré le dernier redesign de mon blog personnel (parce que ça fait tellement longtemps que je blogue que je n’ai plus le courage d’écrire de longs articles sur ma vie, et le format du tumblelog est parfait pour les blogueurs désabusés).

Je savais à quoi ressemble une page Tumblr, mais je ne m’étais pas inscrit et je ne savais pas comment fonctionnait l’interface ; j’aime bien les captures d’écran. Et, la prochaine fois que je veux pousser quelqu’un à créer un blog, je lui montrerai plutôt Tumblr : c’est vrai que la façon dont c’est structuré met moins la pression, et qu’on a aussi plus le sentiment que ça sert à quelque chose (vu qu’au fond on revient au sens originel, et étymologique, du web-log, auquel on peut intéresser les gens en disant : Hey, à chaque fois que tu as quelque chose à partager ou à montrer, que tu trouves quelque chose d’intéressant, tu devrais le poster là pour que tous tes amis puissent le voir, et toutes tes connaissances, et tous tes fans à venir !).

“Je n’ai pas le temps de le mettre à jour.”

“Je n’ai pas si souvent de choses à dire.”

Voilà les raisons pour lesquelles la plupart des gens abandonnent leur blog personnel ou n’en commencent jamias un. Mais nous rencontrons tous chaque jour des petits bouts d’informations en ligne que nous voulons retenir et partager — des liens, des photos, des vidéos, ou cette conversation désopilante que vous avez eue avec un collègue. Ce nouveau format de blog, intitulé “tumblelog,” est un moyen sans complications, et sans nécessité d’écriture, de partager ces éléments et de tenir son site personnel avec le moins possible d’engagements.

La seule limitation que je trouve regrettable est l’absence de commentaires — je pense qu’aujourd’hui tout système de publication doit autoriser les commentaires (et ça inclut Twitter).

 

Leopard en octobre

L’annonce officielle rejette si clairement la faute sur l’iPhone qu’on pourrait se demander si elle n’est pas écrite par un employé déçu de ne plus travailler pour Apple Computer, Inc.

Et voilà :

J’imagine que ça confirme la théorie qui voulait que tout passe après l’iPhone maintenant chez Apple.

Qui s’est moqué de moi quand j’ai écrit que j’avais peur pour le Mac à cause de l’amour que Steve montrait pour son nouveau bébé ? Et qui est-ce qui pleure, maintenant ? (Non, pas moi, puisque je m’y attendais.)

 

12 avr.

Ruby on Rails sur un gros site ?

5 questions posées à un des développeurs de Twitter [via] :

L’utilisation de Rails nous a forcés à gérer les problèmes de charge serveur — des problèmes que tout site populaire rencontre à un moment ou un autre — beaucoup plus tôt que si nous avions utilisé un autre système. […]

Toutes les méthodes facilitantes et le sucre syntaxique qui font de Rails un tel plaisir pour les programmeurs se révèle avoir un coût exorbitant côté performances. Dès que vous atteignez un certain seuil de trafic, vous devez soit virer toutes les fonctionnalités avancées de Rails (RJS, ActiveRecord, ActiveSupport, etc.), soit migrer les parties les plus lentes de votre application dans un autre langage, soit les deux. Personne ne devrait avoir le moindre doute au jour d’aujourd’hui sur le fait que Ruby lui-même est lent.

Je ne me souviens plus avec qui j’avais eu une discussion, il y a quelques jours, au sujet de la surcharge qu’implique utiliser un framework comme Ruby on Rails plutôt que programmer et optimiser soi-même les fonctionnalités précises dont on a besoin dans un langage de plus bas niveau. Et je crois qu’on avait tous les deux utilisé Twitter comme exemple — d’un côté qu’on pouvait faire un site énorme en Rails, et de l’autre qu’il serait complètement inefficace du point de vue des ressources.

A moins que j’aie eu cette discussion avec un podcast que j’écoutais ? Dans les deux cas, on vient de me donner raison. (Et, dans le deuxième cas, je suis en pleine psychose.)

 

TVShows

TVShows [via] s’abonne à des RSS de torrents et lance automatiquement votre client BitTorrent quand un nouvel épisode d’une série télé est disponible (c’est l’alternative OS X à ted, qui existe aussi sur Mac mais est quand même très windowsien).

L’interface est simple et pratique (tapez le titre d’une série, cliquez sur “subscribe” et choisissez si vous voulez charger un épisode existant ou juste attendre que le prochain soit disponible — malin) et le fonctionnement le plus bizarre que j’aie jamais vu dans une application si simple : bien qu’il y ait une bulle verte disant “Enabled” dans la barre d’état, il faut quitter l’application pour que le daemon se lance et commence à charger des fichiers. Je ne m’en suis aperçu qu’après 24 heures.

Rappel : la maison recommande Transmission en accompagnement comme client BitTorrent.

 

11 avr.

Rechercher-remplacer MySQL / phpMyAdmin

On en apprend tous les jours (j’ai sauté la classe SQL à l’école, les bases de données m’ont toujours gonflé), je viens de corriger une erreur que j’avais faite en important les archives d’un blog dans WordPress en faisant un simple rechercher-remplacer SQL :

UPDATE nomdelatable SET nomduchamp = REPLACE(nomduchamp, "recherche", "remplace");

Je me demande combien de temps j’ai perdu lors de mes développements précédents à ne pas savoir que c’était possible.

 

10 avr.

Jaiku is nice http://garoo.jaiku.com/ but it doesn't have Twitterific. Or even a Dashboard widget.

 

8 avr.

Je devrais me tenir plus au courant des hacks Apple TV : Back Row est extensible avec des plugins [via]. Wow. Apparemment, les plugins ne peuvent pas faire grand chose de constructif pour l’instant, mais maintenant que la porte est encore plus grand ouverte que je ne pensais, les développeurs entreprenant vont vite trouver des applications intéressantes — à commencer par la détection automatique des films DivX sur le réseau et la création des références QuickTime nécessaires à leur lecture sur l’Apple TV (pour autant qu’ils soient encore nécessaires malgré la possibilité de plugins).

 

5 avr.

Bubble Guru [via] vous permet d’enregistrer un message à la webcam et de l’afficher dans une bulle par-dessus votre page web — un message de bienvenue, une petite aide, ou… une pub, qui disparaît dès que la vidéo est finie.

Vous pourriez certainement faire pareil vous-même sans devoir payer personne (le service sera gratuit pendant la béta, ainsi que les trois premiers mois après le lancement), mais ça serait plus compliqué. Ou vous pourriez faire sans. Je ne suis pas trop sûr que des professionnels voudraient utiliser Bubble Guru sur leur site (si vous voulez vraiment mettre des vidéos, il vaut mieux les produire vous-mêmes, les intégrer dans votre layout, et avoir des boutons pour la lecture et le rembobinage), et les autres ne vont pas payer pour un gadget comme ça, mais tant que c’est gratuit c’est juste parfait pour votre page MySpace.

Ah, non — c’est du JavaScript, et je ne crois pas qu’on puisse en mettre sur MySpace. Et dire que c’était leur seul marché potentiel.

 

Un concours sur Twitter. Heh, sympa. (C’est facile, pour Iconfactory, vu que tous les utilisateurs de Twitterific sont abonnés à ce feed.)

 

Un étui pour UMPC qui sert aussi de clavier [via]. Très malin — c’est dommage que les UMPC n’aient aucun intérêt dans la vraie vie. Si jamais Apple sort un jour un MacTablet, ce sera le compagnon idéal.

 

Miam miam. Imaginez un Cinéma Display 30 pouces entouré par deux 23 pouces verticaux sur des pieds VESA. Ca nécessite d’installer une deuxième carte vidéo sur son Mac Pro, non ? [via]

 

Remplacez le disque de votre portable par deux cartes CompactFlash. Ooh. Pas bien utile tant que l’OS et/ou le design du boîtier n’en tirent pas parti (surtout si on considère que les cartes mémoire actuelles auront paraît-il une durée de vie très limitée avec ce genre d’usage intensif), mais si sexy. Juste pour le fun.

 

3 avr.

Les gommes magiques (vraiment !) de Mr. Propre

Vous avez déjà entendu parler de la tendance naturelle des MacBook à voir leurs repose-poignets absorber toute la graisse et la crasse qui passe ? Pour une raison qui m’échappe, mon MacBook se tache en rose — peut-être que mes poignets lui transmettent le vernis de mon bureau, ou peut-être que je perds mon sang par capillarité, mais quoi qu’il en soit mon clavier commençait à avoir une sale gueule des deux côtés de mon trackpad et sur les touches Cmd.

Vous avez déjà entendu parler, aussi, du fait que les Gommes magiques de Mr. Propre seraient un remède étonnamment efficace contre les taches des MacBook ? Eh bien, c’est vrai.

Pas évident de faire une bonne photo d’une tache pâle sur plastique blanc (surtout en lumière semi-artificelle), mais ce que vous voyez, là, c’est une grosse tache rose dont la partie gauche a été effacée (parce que je suis gaucher).

Comment ça marche : vous achetez une boîte de Gommes magiques (le modèle sans détergent), vous éteignez votre MacBook (vous pouvez aussi le débrancher et enlever la batterie, mais on ne va pas l’inonder, non plus, de toute façon), vous humidifiez très légèrement la “gomme” (j’ai utilisé un brumisateur Vittel), et vous frottez. Et hop, un MacBook tout propre !

Je n’ai aucune idée en quoi consiste effectivement la magie, mais la notice sur la boîte est un peu effrayante : “Si vous l’utilisez sur la vaisselle, rincez abondamment avec de l’eau.” Je me demande bien de quoi ce truc est fait.

 

Merci à Procellus d’avoir un Monoprix qui en vend.

 

Adium 1.02 doesn't seem to reconnect on wakeup anymore

 

2 avr.

Je n’en reviens pas que ça n’ait pas été un poisson d’avril : le catalogue EMI bientôt disponible sans DRM sur l’iTunes Store. Enfin, pour être précis, il va être disponible sans DRM sur tous les systèmes de vente en ligne — et les morceaux seront plus chers, ce qui ne se justifie pas vraiment par l’absence de DRM mais est acceptable dans la mesure où ils seront par la même occasion poussés à 256 kbps au lieu de 128.

La vraie question importante à laquelle il n’y a pas eu de réponse (parce que je me fiche bien de savoir quand les Beatles finiront par être disponibles), c’est de savoir ce qu’il advient de tous les petits éditeurs qui réclament depuis un moment de pouvoir mettre leurs chansons sans DRM sur l’iTunes Store. Je ne trouve pas ça particulièrement scandaleux qu’Apple ait refusé tout ce temps de faire une exception pour eux, et qu’ils implémentent un système de double tarif quand le premier éditeur majeur se décide à être raisonnable (d’autant que la séparation n’est pas simplement justifiée par l’absence de DRM, mais aussi par le bitrate), mais ils n’ont pas intérêt à traîner pour donner les mêmes possibilités à leurs plus petits partenaires.

 

J’aime beaucoup, en revanche, la réponse de Steve Jobs quand on lui demande si les films Disney vont être aussi proposés sans DRM : c’est pas pareil, parce que les films n’ont de toute façon jamais été vraiment disponibles sans DRM (même les cassettes vidéo sont protégées depuis leurs presque-débuts). Bien sûr. Passons sur le fait qu’on puisse prendre rendez-vous dans son programme télé pour enregistrer sur DVD un film diffusé en numérique par câble ou satellite ; l’idée que les DRM ne soient pas un problème en eux-mêmes, mais juste que les consommateurs n’y sont pas habitués pour la musique, est ridicule, et je suis impressionné (mais pas si surpris) que Jobs ait pu dire ça sans rire après la dissertation qu’il a postée.

 

Damn, my MacBook is slow now that I use to run NetNewsWire, and I can't afford the 1GB RAM stick right now.

 

1 avr.

CrunchGear [via]. Ah, les bonnes vieilles blagues de CSS qu’on ne voit pas si on ne clique pas depuis son agrégateur RSS (et que je pourrais faire aussi si mes layouts étaient 100% CSS).

 

Vilcus plug dactyloadapter [via]. Tous les articles qui mentionnent ce produit sont remplis d’avertissements quant à son usage… heureusement qu’il y a la Russie.

 

J’ai toujours été fasciné par ces trous ronds dans les bureaux professionnels — ils sont faits pour qu’on fasse passer des fils dedans, mais je n’ai jamais trouvé ça aussi pratique que ça devrait. Eh bien, voilà, maintenant ils sont utiles : vous pouvez les transformer en hubs USB et docks iPod. Ca, c’est du design.

 

Archives

2001   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2002   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2003   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2004   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2005   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2006   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2007   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2008   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2009   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2010   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2011   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2012   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2013   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12  

2014   01   02   03   04   05   06   07   08   09   10   11   12